Surveiller et sourire Les artistes visuels et le regard numérique
  • Sophie Limare

(In)visibilités numériques

    Il est vrai à la fois que le monde est ce que nous voyons et que, pourtant, il nous faut apprendre à le voir [1].

    Sous un angle philosophique, la vidéosurveillance s’articule autour d’un dédoublement de la réalité entre l’espace concret dans lequel nous évoluons et ce même espace concret surveillé dont nous avons plus ou moins conscience. Marcello Vitali-Rosati définit la diatopie comme une « interstitialité spatiale qui détermine la discontinuité de l’espace [2]. » L’interstitialité spatiale induite par le processus de la vidéosurveillance semble se jouer non pas sur la dialectique de l’ici et de l’ailleurs, mais plutôt sur celle de la perception ou de l’ignorance des dispositifs qui contrôlent un même espace. La diatopie des sousveillances artistiques s’articule ainsi autour du « (ne pas) voir/(ne pas) être vu ». Nourries de cette dialectique féconde entre visibilité et invisibilité, les œuvres liées à la vidéosurveillance dans l’espace urbain se sont transposées, dès la fin des années 1990, dans des interventions artivistes internationales. Le néologisme « artivisme » caractérise une (in)discipline qui, depuis les années 1990, vise à faire prendre conscience de problèmes politiques au moyen d’interventions artistiques.

    Limare Sophie (2015). “(In)visibilités numériques : introduction”, in Surveiller et sourire. Les artistes visuels et le regard numérique, collection « Parcours numériques », Les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, p. 19, ISBN: 978-2-7606-3547-0 (http://www.parcoursnumeriques-pum.ca/in-visibilites-numeriques), RIS, BibTeX.

    Dernière mise à jour : 21 juin 2015
    Licence Creative Commons
    Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International. Merci de citer l'auteur et la source.

    Réalisé avec SPIP pour la Collection Parcours Numériques aux Editions PUM par Owell.co

    Sommaire
    Notes additionnelles

    [1Maurice Merleau-Ponty, Le visible et l’invisible, Paris, Éditions Gallimard, 1964, p. 18.

    [2Marcello Vitali-Rosati, Corps et Virtuel, Itinéraires à partir de Merleau-Ponty, Paris, Éditions L’Harmattan, 2009, p. 214.

    Contenus additionnels : 2 contenus

    • Bibliographie d’(In)visibilités numériques - Partie 1

    • Surveiller et sourire de Sophie Limare : Partie 1. (In)visibilités numériques

    .