Tous artistes ! Les pratiques (ré)créatives du Web
  • Sophie Limare
  • Annick Girard
  • Anaïs Guilet

Conclusion

    Ici se termine notre tour d’horizon des pratiques amateurs sur le Web qui, sans être exhaustif, en décrit les principales caractéristiques. Ce qui frappe sans doute de prime abord, c’est une relation en apparence complètement décomplexée à l’« Art ». Les pratiques artistiques amateurs s’inscrivent le plus souvent dans une relation référentielle ; toutefois, cette référentialité n’est pas celle d’une culture classique ou académique, mais celle d’une culture populaire en phase de globalisation. Que ce soit les milliers d’avatars (visuels ou textuels) de Twilight [1], la énième réappropriation de Thriller [2] ou de La Joconde [3], c’est en grande majorité dans le flux continu des productions culturelles de masse que les amateurs s’abreuvent. Le jeu de la reprise numérique qu’ils pratiquent favorise la diffusion de leurs créations, et ce partage culturel permet à des œuvres populaires anciennes d’être (re)connues par les jeunes générations, tout en perturbant l’identification de la référence. L’amateur semble montrer que l’emprunt et la pratique créative sont les lieux mêmes où se forge sa culture. La porosité des frontières entre culture populaire et culture légitime s’accentue jusqu’à mettre en circulation des objets créant l’illusion d’une production professionnelle — ceci est particulièrement frappant dans le cas des reprises intégrales d’un matériau sonore [4]. Dans le domaine des pratiques visuelles numériques, les amateurs qui se rendent au musée se différencient des esthètes, notamment quant à l’acte de voir, qui devient secondaire, au « regard » d’une création de selfies soutenue notamment par la téléphonie mobile [5]. L’œuvre numérique amateur se nourrit ainsi principalement des hybridations inhérentes à la culture du partage. Il reste que cette pratique de la reprise crée de nouvelles formes de domination, car la culture « classique » continue de n’être accessible qu’à un nombre restreint d’individus.

    En complément d’une approche sociologique, il est important d’aborder ces pratiques amateurs sous un angle créatif afin de révéler à quel point ces dernières recèlent de potentiel, à défaut de valeurs plastique, poétique ou musicale intrinsèques. Au-delà de tout jugement, c’est le pouvoir d’inventivité, d’innovation et d’originalité, inhérent à ces productions amateurs visuelles, sonores et textuelles qui aura été mis en lumière. Sans jamais idéaliser la pertinence artistique de ces productions, force est de constater la vitalité des communautés amateurs. Le travail passionné de ces derniers multiplie à un rythme effarant les (re)créations visuelles, sonores ou textuelles. Quel que soit l’âge, le sexe, le milieu social de l’auteur ou le support utilisé, c’est le désir de créativité qui surgit lors de l’analyse des différentes productions amateurs, ancrées dans la culture du partage et de la participation.

    Ainsi, les pratiques artistiques amateurs auront été abordées pour ce qu’elles sont par-dessus tout : des dynamiques esthétiques qui proviennent tout à la fois de leur statut amateur et de leur nature médiatique, puisqu’elles appartiennent irréductiblement au flux du réseau. L’étiquette péjorative associée à l’amateur s’atténue au fur et à mesure de la libération des contraintes économiques ou sociales inhérentes aux pratiques professionnelles. Cette liberté attire d’ailleurs parfois des artistes établis vers une pratique plus ludique ou des modes d’expression éloignés de leur spécialisation. Dans le cas des pratiques sonores numériques, l’hybridité des productions amateurs crée souvent l’illusion d’une production professionnelle parce que le matériau sonore de base est repris tel quel pour être associé à un nouveau contexte. La relecture d’œuvres célèbres révèle un mouvement qui n’est pas fondé sur l’ego, comme dans le cas des selfies, mais sur un cultisme aussi fondé sur l’adoration — d’un point de vue étymologique, un amateur est aussi celui qui « aime ». Cette esthétique de la reprise confronte les intellectuels, les musicologues, les sémioticiens et les philosophes de l’art à de nouveaux défis car ils doivent aborder ces pratiques sous des angles d’étude tels que la créativité, la parodie ou le témoignage. Ainsi, la question esthétique des œuvres amateurs semble devoir se poser surtout en regard de l’analyse de leurs modalités de production.

    En tant que dynamique esthétique, les pratiques artistiques amateurs offrent moins une réflexion sur l’essence de l’art qu’un discours sur la relation de nos contemporains à l’art. Un art actuel dont les pratiques sont résolument en prise avec la labilité et le flux qui caractérisent le numérique. L’histoire littéraire et artistique a montré à plusieurs reprises que nul n’est apte à juger de la pérennité esthétique de quoi que ce soit, et n’a aujourd’hui le recul nécessaire pour savoir si les explorations artistiques fuyantes et instables de ces amateurs contemporains deviendront un jour des objets esthétiques en eux-mêmes.

    Limare Sophie, Girard Annick, Guilet Anaïs (2017). “Conclusion”, in Tous artistes ! Les pratiques (ré)créatives du Web, collection « Parcours numériques », Les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, p. 175-178, ISBN: 978-2-7606-3784-9  (http://www.parcoursnumeriques-pum.ca/conclusion-135), RIS, BibTeX.

    Dernière mise à jour : 29 septembre 2017
    Licence Creative Commons
    Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International. Merci de citer l'auteur et la source.

    Réalisé avec SPIP pour la Collection Parcours Numériques aux Editions PUM par Owell.co

    .