Tous artistes ! Les pratiques (ré)créatives du Web
  • Sophie Limare
  • Annick Girard
  • Anaïs Guilet
Partie III

Les pratiques d’écritures amateurs

  • Anaïs Guilet

Il n’est nullement nécessaire de mentionner son origine dans le code ou de remonter à l’histoire de l’hypertexte* [1] pour démontrer que le Web repose avant tout sur des formes textuelles. L’internaute est une figure de lecteur autant que d’écrivant. Mais écrivant n’est pas écrivain, dit Roland Barthes [2], de même que n’est pas musicien ou artiste qui veut. Pourtant les formes d’écriture amateurs contemporaines sur le Web semblent toujours un peu plus brouiller la frontière entre ces deux pratiques et ce d’autant plus qu’elles sont fréquemment relayées par les institutions littéraires légitimantes (éditeurs, prix littéraires principalement, mais aussi — preuve en est — chercheurs en littérature). Sur le Web, la littérature s’immisce partout : au sein des liens de socialisation qui caractérisent le Web dit 2.0 ; dans les pratiques originales de l’écrit, dans la poésie des relations sociales, mais aussi dans le jeu des références et des hyperliens [3]. Il ne s’agira pas de sanctionner ce qui fait littérature ou non — encore faudrait-il définir de manière radicale une ontologie littéraire, tâche à laquelle on ne peut s’atteler dans ces pages —, mais plutôt d’interroger comment les pratiques d’écriture amateurs sur le Web telles qu’elles se déploient sur une pluralité de plateformes (blogue* [4], forums, réseaux sociaux) se fondent sur une mise en jeu des notions d’autorité, de lectorat, et aussi de légitimation.

La pertinence de ces textes souvent hybrides puisqu’ils mêlent fréquemment image et vidéo, parus en ligne et produits par des amateurs, semble se dévoiler tout particulièrement par la mise en regard avec leurs paratextes* [5] sur le Web ainsi que hors du Web (pour les projets qui auront été finalement édités). C’est dans la tension entre les pratiques et les manières dont celles-ci sont présentées et représentées par ceux qui les relaient (lecteurs ou institutions) que se révéleront leurs enjeux poétiques et plus largement littéraires. Les fan fictions* [6] constituent une pratique dominante des écrivains amateurs sur le Web. Ces textes sont rédigés par les aficionados de produits culturels de masse à partir de leurs sujets de prédilection (Harry Potter [7], Twilight [8] ou Hunger Games [9], par exemple). Les fan fictions sont reliées à un champ disciplinaire relativement récent appelé fan studies, initié à partir du début des années 1990 par des théoriciens américains des médias comme Henry Jenkins [10], Camille Bacon Smith [11] ou Lisa Lewis [12]. Les fan studies* [13] déconstruisent la posture « passive » du lecteur en en faisant une figure bicéphale, tout aussi réceptrice que productrice de texte. Puis il s’agira de montrer comment, notamment grâce aux réseaux sociaux ou à des plateformes communautaires de publication, les amateurs renouent d’une pluralité de manières avec la pratique du feuilleton, en reprenant et en déplaçant les codes du genre. Toutes ces pratiques sur le Net forment un vivier sans précédent de futurs auteurs pour les éditeurs. Les amateurs sur le Web ne peuvent désormais ignorer le nombre croissant d’éditions de blogues, tout comme les retentissants succès littéraires tels que Fifty Shades of Grey [14], qui fut d’abord une fan fiction diffusée sur Internet. Ce phénomène invite à redéfinir la notion d’amateur.

Guilet Anaïs (2017). “Les pratiques d’écritures amateurs”, in Limare Sophie, Girard Annick, Guilet Anaïs (édité par), Tous artistes ! Les pratiques (ré)créatives du Web, collection « Parcours numériques », Les Presses de l’Université de Montréal, Montréal, p. 123-126, ISBN: 978-2-7606-3784-9  (http://www.parcoursnumeriques-pum.ca/les-pratiques-d-ecritures-amateurs), RIS, BibTeX.

Dernière mise à jour : 29 septembre 2017
Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International. Merci de citer l'auteur et la source.

Réalisé avec SPIP pour la Collection Parcours Numériques aux Editions PUM par Owell.co

Sommaire
Notes additionnelles

[1Hypertexte : Dans sa définition la plus simple, texte composé de blocs de texte — un texte source et un texte cible, et des liens électroniques (hyperliens) qui les rattachent.
Tous les termes suivis d’un * sont définis dans le lexique.

[2Roland Barthes, « Écrivains et écrivants », Essais critiques, Paris, Seuil, 1991 [1964].

[4Blogue : Site web à gestion facilitée, il permet de publier des textes, mais aussi des images ainsi que de recueillir les commentaires des visiteurs. Né de la contraction des mots anglais « Web » (Toile) et « log » (registre, journal de bord, carnet de route).

[5Paratexte : Terme employé par Gérard Genette pour désigner ce qui entoure le texte principal d’une œuvre et le présente. « […] le paratexte sous toutes ses formes, est un discours fondamentalement hétéronome, auxiliaire, voué au service d’autre chose qui constitue sa raison d’être, et qui est le texte » (Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1987, p. 17).

[6Fan fiction (fan-fic) : Ensemble des textes de fiction produits par les fans à partir de leurs œuvres favorites, qu’elles soient littéraires, cinématographiques ou vidéoludiques.

[7Harry Potter est une série littéraire de fantasy écrite entre 1997 et 2007 par l’auteure britannique J. K. Rowling. Elle raconte le passage à l’âge adulte d’un jeune sorcier orphelin. En savoir plus.

[8Twilight est une série littéraire (fantasy et sentimentale) en quatre tomes de Stephenie Meyer. En savoir plus.

[9Hunger Games est une trilogie littéraire (science-fiction) de Suzanne Collins. En savoir plus.

[10Henry Jenkins, Textual Poachers : Television Fans & Participatory Culture, Londres, New York, Routledge, 1992.
- Henry Jenkins, « “Strangers No More, We Sing” : Filking and the Social Construction of the Science Fiction Fan Community », in The Adoring Audience : Fan Culture and Popular Media, (dir.) Lisa A. Lewis, Londres, New York, Routledge, 1992.

[12Lisa A. Lewis (dir.), The Adoring Audience : Fan Culture and Popular Media, Londres, New York, Routledge, 1992.

[13Fan studies : Champ disciplinaire initié dans les années 1990, dans le monde universitaire anglo-saxon, qui a pour objet la culture des fans, c’est-à-dire les pratiques et les productions des fans, ainsi que les communautés qu’ils forment.

[14Fifty Shades of Grey (Cinquante nuances de Grey) est une trilogie (érotique) de E.L. James. En savoir plus.

Contenus additionnels : 2 contenus

  • Bibliographie « Partie III : Les pratiques d’écritures amateurs » d’Anaïs Guilet

  • Sélection de vidéos illustrant la « Partie III : Les pratiques d’écritures amateurs » d’Anaïs Guilet

.